Conseils chauffage bois - meubles Pouchain Aube

Le bois, une énergie propre et compétitive.

Le bois est une énergie renouvelable. Le CO2 libéré pendant sa combustion est le même que celui qui serait rejeté dans l'atmosphère lors de sa dégradation naturelle. En effet, en pourrissant la matière ligneuse se décompose en CO2 et en méthane, gaz à effet de serre moins connu mais plus puissant encore que le CO2.
Utiliser le bois pour se chauffer épargne les combustibles fossiles. Il est admis par tous que le gaz, le fioul ou le charbon, dont les réserves s'épuisent, ont un impact néfaste sur l'environnement. Comme ces combustibles, en brûlant, le bois rejette du dioxyde de carbone dans l'atmosphère mais le quantité rejetée est équivalente à celle prélevée pour la croissance de l'arbre. Lors de la combustion du bois, le CO2 est absorbé par une jeune pousse. Cette transmission de carbone entre l'atmosphère et la biosphère s'appelle le cycle du carbone.

 

Entretien et préservation des forêts

L'exploitation forestière raisonnée telle qu'elle est pratiquée en France assure le développement durable des espaces boisés. Ainsi, l'entretien des parcelles forestières permet à la fois l'accès aux chemins de promenade et à la valorisation des branches issues de l'abattage des arbres, appelé aussi rémanents. En effet, suite à un chantier d'exploitation d'une parcelle ou à l'entretien des haies bocagères, le bois laissé sur place est récupéré pour le chauffage. Ce nettoyage des parcelles participe également à la prévention des risques d'incendies.

                                                                     

Le bois est économiquement compétitif

L’équivalence énergétique d’un stère de bois correspond au tiers d’une tonne de granulés ou encore à 150 litres de fioul. et au tarif en vigueur des différentes énergies proposées sur le marché, la proportion donne les écarts de prix suivants :
bois = 2,9 cts ttc/kwh
granulés = 5,2 cts ttc/kwh
gaz = 6,4 cts ttc/kwh
fioul = 6,6 cts ttc/kwh
électricité = 12,3 cts ttc/kwh
propane =  11,8 cts ttc/kwh

Conseils énergétiques

Adaptons notre mode de vie et nos pratiques de consommation au développement durable !
Les MEUBLES POUCHAIN en matière de chauffage s’inscrivent volontiers dans cette démarche de développement durable.

Mais qu’est-ce que le développement durable ?

C’est un développement qui répond aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.
Face aux catastrophes écologiques, sanitaires, industrielles auxquelles nous sommes de plus en plus confrontés, le développement durable propose de faire évoluer les comportements et modes d’action de tous les acteurs de la société.
Il faut donc apprendre à économiser et à partager de manière équitable les ressources de l’environnement, et à tenir compte des facultés limitées de la terre à absorber les déchets et les pollutions.

Du confort sans gaspiller l'énergie

Les ménages consomment 47 % de l’énergie produite en France, pour leurs besoins domestiques.
En modifiant son comportement ou ses choix d’investissements, chacun d'entre nous possède une vraie marge de manœuvre pour réduire sa consommation d’énergie : quelques habitudes qui évoluent et des dépenses judicieuses permettent, à confort égal, une efficacité énergétique bien meilleure à la maison et une facture allégée.
Source : CEREN, les chiffres clés du bâtiment, édition 2006, ADEME.

Le combustible

Le rendement de votre appareil de chauffage dépend beaucoup des caractéristiques du combustible. Hêtre ou épicéa, bois sec ou humide, tout cela joue dans les performances de votre chaudière ou l’encrassement de votre poêle.

                                                                      

Les essences de bois sont classées en deux grandes familles selon leur densité :
    • les feuillus durs (chêne, hêtre, frêne, châtaignier, charme, noyer, fruitiers, etc.) ;
    • les résineux et feuillus tendres (épicéa, sapin, pin, mélèze, peuplier, saule, etc.).

Les feuillus durs sont les plus appréciés pour le chauffage domestique, à l’exception du châtaignier qui éclate en brulant. Les feuillus tendres et les résineux brulent plus vite. S’ils sont mal stockés, ils se dégradent rapidement. Les résineux sont néanmoins appréciés pour leur montée rapide en température.

La combustion de bois humide est déconseillée :
    • pour des raisons environnementales : la combustion d’un bois « vert » libère beaucoup de substances polluantes ;
    • pour des raisons économiques : un bois humide fournit environ deux fois moins d’énergie qu’un bois sec;
   • pour des raisons pratiques : les appareils performants n’atteindront pas leur puissance nominale avec du bois frais. Le matériel s’encrassera plus vite et risque de se détériorer.
Attention, danger !

La combustion de bois de mauvaise qualité libère de nombreux polluants. C’est le cas des bois « souillés » issus de récupération (chantiers de démolition, vieux meubles, bois échoués en bord de mer, etc.) qui contiennent des produits toxiques et/ou corrosifs : produits de traitements, vernis, peinture...
Quelques conseils pour choisir son poêle à bois ?
Quelle puissance choisir ?

La théorie est la suivante: en effet, tout dépend de la nature de la construction, la qualité de son isolation et la hauteur sous plafond !

On considére qu’il faut :
–     8 kw pour 200 m3 ;
–     9 kw pour 350 m3 ;
–    10 kw pour 420 m3 ;
–    16 kw pour 600 m3.
Exemple : 2,70 m x 80 m2 = + ou - 220 m3 d'où puissance = 9 kw à 1000 m.

                                                                      

On a tendance à se dire qu'au cas où, il vaut mieux prendre un poêle plus puissant pourtant, ce n'est pas forcement judicieux.
D'abord, vous risquez d'avoir beaucoup trop chaud quand il fonctionne à son maximum.
Ensuite, si vous mettez peu de bûches, la chambre de combustion risque de ne pas monter suffisamment en température et donc de ne pas brûler toutes les fumées qui viendront noircir la vitre.
Par ailleurs, il faut tenir compte des performances (qui le plus souvent permettent l'éligibilité du poêle au crédit d'impôt en France). Nous parlons pour l’essentiel du rendement (>70% ce qui signifie que la combustion a lieu à plus de 70%, la matière qui n’a pas été brûlée correspond aux cendres et aux particules qui partent avec les fumées).

Dès lors l'intérêt de la fonte ou de la céramique prend tout son sens. Avec une puissance adaptée, vous utilisez le foyer de manière optimale et la fonte ou la céramique conserve la chaleur très longtemps. L'inertie du poêle capte cette chaleur et la distribue en rayonnant tout autour pendant plusieurs heures. Une ou deux flambées peuvent suffire pour une journée avec un poêle en faïence correctement dimensionne et utilisant un bois aux caractéristiques optimales (voir paragraphe précédent).

Un poêle à bois, c’est donc plus économique à l'utilisation et plus respectueux de l'environnement.

 

 

 

  •